visite 360° de l'exposition La Caverna Magnetica

"Malgré les outils modernes, peindre reste un acte primitif et mystérieux. En dépit d’une approche athée, quelque chose subsiste des rites funéraires et de l’art sacré. Quel sens donner à la peinture quand on sent qu’il reste une part d’ombre ? Interroger cette pratique aujourd’hui c’est mettre en relation la peinture contemporaine avec les origines de l’art car peindre est un archaïsme détourné qui nous renvoie directement à la préhistoire et à l’art pariétal.

La caverne a une importance pour moi puisque j’envisage l’espace d’exposition comme la grotte originelle. La caverne est aussi l’espace pictural, le territoire dans le tableau qui est toujours dans mon travail un espace mental, une introspection.

J’utilise également la peinture comme un jeu d’échelle avec l’espace et le temps: quand je mets en parallèle des cavernes et des galaxies, j’essaie de mettre en évidence un parcours géographique qui invoque nos origines profondes. En effet, la généalogie de la matière qui nous compose nous amène à interroger directement les étoiles. Dans sa série télévisée Cosmos, l’astronome Carl Sagan déclarait « l’azote dans notre ADN, le calcium de nos dents, le fer dans le sang, le carbone dans nos tartes aux pommes ont été faits à l’intérieur d’étoiles qui se sont effondrées. Nous sommes faits de poussières d’étoiles. »

Questionner le corps humain, c’est questionner le cosmos car tous les êtres vivants sont constitués d’atomes forgés lors d’évènements cosmiques qui ont échelonné les 14 milliards d’années de l’histoire de l’univers. Dans ma peinture, le cosmos est évoqué du point de vue humain car le corps est un ancrage qui me permet d’explorer d’autres mondes et de multiplier les motifs.

Toutes les civilisations créent leurs propres mythes, leur cosmogonie. J’essaie de recréer un monde en soi, une allégorie de l’univers en juxtaposant des peintures de végétaux, de corps humains, de minéraux et de galaxies. C’est le mélange et la complexité de la vie sur terre que je cherche à retranscrire.

Que ce soit à travers la psychanalyse ou le magnétisme de la terre, il s’agit toujours dans mes peintures de mettre en évidence les relations invisibles entre les êtres . La caverne devient alors magnétique. C’est la subjectivité d’un accrochage, l’espace entre les tableaux qui fait sens et qui relie toutes ces images entre elles."

Erwann Tirilly

"Despite modern tools, painting remains a primitive and mysterious act. In spite of an atheistic approach, something remains of funerary rites and sacred art. What is the meaning of painting when we feel that there is still some shadow? To question this practice today is to relate contemporary painting to the origins of art because painting is a backward archaism that refers us directly to prehistory and parietal art.

The cavern is important to me because I consider the exhibition space as the original cave. The cavern is also the pictorial space, the territory in the painting which is always in my work a mental space, an introspection.

I also use painting as a game of scale with space and time: when I presents caverns and galaxies, I try to highlight a geographical route that invokes our deep roots. Indeed, the genealogy of the material that composes our bodies leads us to directly question the stars. In his television series Cosmos, astronomer Carl Sagan tells us "the nitrogen in our DNA, the calcium in our teeth, the iron in the blood, the carbon in our apple pies were made in the interiors of collapsing stars. We are made of starstuff. "

Questioning the human body is questioning the cosmos because all living beings are made up of atoms forged during cosmic events that have spanned the 14 billion years of the universe's history. In my painting, the cosmos is evoked from a human point of view because the body is an anchor that allows me to explore other worlds and to multiply patterns.

All civilizations create their own myths, their cosmogony. I try to recreate a world in itself, an allegory of the universe by juxtaposing paintings of plants, human bodies, minerals and galaxies. It is the mix and complexity of life on earth that I seek to transcribe.

Whether through psychoanalysis or the magnetism of the earth, it is always in my paintings to highlight the invisible relationships between people. The cavern then becomes magnetic. It is the subjectivity of an exhibition, the space between the paintings makes sense and connects all these images together."

Erwann Tirilly